Mairie de HESSE. 3 La Cour, 57400 HESSE - 03.87.23.82.33









604- nâchon (le)

  - le trognon de pomme ou de légume

  « Jette pâs ton nâchon au miyeu d' la cour, donne-le plutôt aux lapins ! »

  - l'enfant malingre, qui ne pousse pas, voire l'enfant handicapé

  « I' zen ont un p'tit nâchon-là, les cousins de Landange ! On dirait qu' i' va rester petit comme un nain ! »

  - personne difficile pour la nourriture

  « Qué nâchon que t' es quand méme, à r'trousser ton nez sur mon om'lette ! Elle te chmèque pâs, c' est ça ? »

  - le petit dernier d'une famille (mot affectueux)

  « L' Agnès, c'est note nâchon, la plus jeune de nous tousse, et la meilleure ! »

605- nage (éte en)

  transpirer

  « J' es pourtant en nage rien que de fére un flo à mes souliers ! »

606- namm

  n'est-ce pas

  aussi : namm dong, namm ouâr

  « Te viendras à vâ chez nous demain, namm »

  « Vous le saviez, namm ouâr, que le pére Lucien est mort ? »

607- nâni

  non

  oui : « aïe »

608- n'en veu-ti, n'en oualà

  autant que possible (en veux-tu, en voilà)

  « Des pisse-au-lit l'année-ci, yen a nen veu-ti, n'en ouala dans les chen'viéres ! »

609- neu, neufe

  neuf, neuve

  « Un tout neu tâbier que te viens de brûler avec le fer, te t' rends compte ! »

  « Elle avait une neufe rôpe pour fére sa p'tite communion, la Simone d' la Louise. »

610- nia-nia
ou    nian-nian

  - mou, sans combativité

  « Qué niâ-niâ que te fais, quand méme ! Alleye, bouge un peu et aide-moua à keuviller ! »

  - parfois : imbécile, idiot

  « C' est vraiment un nian-nian, le commis du marchâ ! Te crois qu' i' comprendrait quand je lui parle ? A se d'mander s' il a pâs une case de moins, sui-là ! »

611- Nidreville

  le village de Niderviller

  « Les Nidreville, c' est les lècheurs d'assiette ! »

612- ni kriss, ni miss

  sans faire de bruit, sans se faire remarquer

  « Ni kriss, ni miss, les v'là rentrés chez le boucher où i' zont vidé la késse ! »

613- nioniotte (d'la)

  une chose sans importance et de peu de valeur

  « Le couteau que t' as ach'té à la foire de Saint Courien, c' est que d' la nioniotte, i' coupe pâs, un vrai chetteur-bock ! »

  « Les patates, c' est que d' la nioniotte l'année-ci, rien que des petites grosses comme mon pouce ! »

614- nippes (les)

  les vieux habits usés

  « Te donn'ras tous les nippes-là au marchand d' peaux d' lapin, i' s'ra content ! »

615- nippé

  habillé

  « Comment qu' t' es dong nippé aujord'hui ? »

  « T' en es mal nippé ce matin ! T' as rien de mieux à te mette pour un dimanche ? »

616- nisse

  ronchon, mal luné

  « Et quesse t'as dong à éte nisse comme ça ce soir ? »

617- Nom de bleu !

  juron, employé pour ne pas dire « Nom de Dieu »

618- NOMBRES

en patois lorrain : 1 = in ; 2 = dous ; 3 = trâ ; 4 = couett' ; 5 = sink ; 6 = heur' ; 7 = sète ; 8 = iète ; 9 = nef ; 10 = derr

619- nonante

  90

  « J' vais sur mes nonante ans, pensez ouâr ! »

620- nonon (le)

  l'oncle

  « Te diras au nonon Emile de v'nir manger avec nous dimanche prochain ! »

621- note

  notre

  « Note marco vient pu depuis une pére de jours, je gâge qu' i' s'aura fait écraser sur la grand route ! »

622- nouâr

  noir

  « On a du foin qu' est bon à rentrer à la Nouâre Croix. »

623- nouâre-épine (la)

  le prunellier

  la bianche épine : l'aubépine

624- nouâr-mâchuré

  - maculé de suie ou d'autre matière noire

  « Môn ! Comment que te v'là nouâr-mâchuré ! Et quesse t'as fait ? »

  - le « nouâr-mâchuré » est aussi un jeu de cartes, aussi nommé le « nouâr mokrê » : au cours du jeu, on se laisse mâchurer (salir) le visage, le cou, les mains à la suie.

625- noûnotte (la)

  l'épingle de sûreté

  « Accroche dong ouâr ton tâblier de d'vant avec une noûnotte ! »

626- nous-zaûtes

  nous autres (de Hesse, de la famille, de telle classe sociale)

  « C' est qu' on mélange pâs les torchons et les serviettes, nous-zaûtes ! A quoi qu' ça sert de chier plus haut qu' son ki ? »

627- nouveau (attente du)

  expression un peu pudibonde pour dire qu'une femme est enceinte

  « Elle attend du nouveau pour l' automne, la femme de note Denis ! »

  synonymes : éte prise, avoir un polichinelle dans le tiroir









628- œuffes (les)
ou les euffes

  les œufs (le « f » final est prononcé)

  « T' iras ouâr au poulalier chercher les euffes, mo feu, j' entends les poules qui câcottent fort, sûr qu' ê zont pondu ! »

629- œuf en œil de bœuf (l')

  l'œuf sur le plat

  « Moua c' que j'aime le plusse, c' est deux euffes en œil de bœuf avant mon cafè du matin ! »

630- orémousses (les)

  prières ou paroles prononcées à voix basse et dont personne n''en devine le sens (vient du mot lartin « orémus »)

  « Vous zen avez encore longtemps avec vos orémousses »

synonyme : des rapronobisses

631- oriquette (une)

  une brioche triangulaire

  « Aujord'hui jeudi , faudra porter les oriquettes dans le villâche, peussque le mariâche de note Julia, c' est pour samedi ! »

Ces brioches étaient distribuées à la parenté ou aux amis lorsque se déroulait un mariage ou une communion dans une famille.

article ds R.L / extrait de la « Revue populaire lorraine » N°66 oct. 1985 :  « Ces pâtisseries en forme de triangle étaient confectionnées au moment de Noël, en particulier dans la région de Lunéville. On les fabriquait dans d'autres secteurs. Elles portaient le nom de « cugnu » « cougneu » ou « couènue » dans les Hautes-Vosges ou encore de « counotte » ailleurs. Vestige d'un culte que les Gaulois rendaient à la lune ou à Diane, la loriquette aurait une origine païenne. D'après l'historien Dom Calmet, le 1er jour de l'an, les enfants allaient réclamer leur « cugneu », qui signifie « gui neuf » à leurs parrains et marraines. Avant la 1ère guerre mondiale, ce gâteau avait la réputation de soigner les épilepsies, les migraines ou encore les fièvres spasmodiques. Il fallait en manger le matin à jeun avec une pincée d'hellébore, mélangée à du miel d'un essaim de l'année. »

632- oser

  avoir la permission, pouvoir ; n'a pas le sens habituel de courage

  « Attends moua, j' ose venir jouer, ma mére a dit oui ! »

  « Essque j' ose vous poser une question ? Ça vous dérang'ra pâs, j' espére ! »

633- osse (les)

  les os (le « s » final est prononcé)

  « Elle est si maigre, la m'man du Rémi, qu' on voit pu que ses osses ! Pôfe vieille, va ! Et pourtant elle est pâs malate et elle manche bien. »

634- ostrogo (un)

  - un individu qu'on ne connaît pas (étranger au village), ou qui se fait remarquer par un comportement étrange, mal perçu ou mal apprécié

  «  Ostrogo » vient d'Ostrogoth, un peuple qui envahit, aux IVème et Vème siècles, certaines parties de l'empire romain, dont l'Italie et la Gaule.

  « J' veux pâs voir l' ostrogo-là chez nous, on sait pâs trop d' oussqu' i' vient ! »

  - énergumène grossier et malpoli

  « Les jeunes de Harsville i' sont pourtant v'nus à la féte de Hesse rien que pour hèkser les jeunes d' à nous. Qué bande d'ostrogos ! »

635- ouâr

  voir

  « Dis-moua ouâr comment qu' ça s' fait que t' es pâs v'nu me chercher ? »

636- ouarê (le)

  - le verrat

  - insulte : sale, dégoûtant, répugnant, puant

  « Un ouarê comme sui-là, vaut mieux pâs éte assis à côté d' lui à l' église ! »

637- ouète

  sale (personne, animal, champ, etc …)

  « T' es qu'un ouète goret ! »

638- oussque

  où

  « Et oussque t' vas comme ça ? »

639- ouvrâche (l')

  - n'importe quel travail de couture, de broderie ou tricotage en cours

  « Range ouâr ton ouvrâche dans la cherpeugniotte et va fourrager les bétes ! »

  - les ouvrâches : ensemble des travaux habituels d'entretien, alimentation et soin des animaux domestiques (volailles, lapins, porcs, gros bétail), effectués matin et soir de chaque journée, et immédiatement suivis de la traite des vaches.

  « Faut main-nant rentrer chez nous, ya les ouvrâches qui attendent ! »








640- pâ (le)
ou    popâ (le)

  le papa, le père

  « Te t' rappelles comment que note popâ i' disait ? La pomme tombe pâs loin du pommier, qu' i' disait, et pis aussi les chiens font pâs des chats, c' qui veut dire pareil, namm ! »

641- pâchon (le)

  la boue ou la terre accrochée à la semelle des chaussures

  « Fais dong ouâr attention de pâs ram'ner d' pâchons dans note cuisine ! »

642- pampilles (les)

  les rameaux de buis bénis à l'église le jour des Rameaux, que l'on plaçait derrière le crucifix dans toutes les pièces de la maison, ainsi que dans les étables

  « Décroche moua les pampilles-là que j' en remette des neufes ! »

643- pa-ouin-tâ (le)

  - l'épouvantail

  « T' as vu le Gustafe, le pa-ouin-tâ qu' il a été mette dans son champ au Kalichpéry ? On dirait pourtant un vrai bonhomme ! »

  - un imbécile

  « Qué pa-ouin-tâ que le plus jeune de la Marthe du Pierre ! On dirait bien qu' il a une case de moins, vous trouvez pâs ? »

644- paqui (le)
ou    péqui (le)

  pâturage appartenant jadis à la communauté villageoise

  « Demain c'est jeudi, zenfants, vous irez mener les vaches au péqui, namm ?

  (Le Péqui est un lieu-dit du ban hessois.)

645- paraplie (le)

  le parapluie

  « T' oublieras pâs de me ram'ner mon paraplie que j' ai oublié l' aûte de foua ! »

646- parlage (le)

  - le langage qui n'est que bavardage

  « Et quoi qu' ça sert tout ce parlage-là ? Te fais que dire toujours les mémes choses et j' te crois pu. »

  - la façon de s'exprimer

  « C' est qui zont un drôle de parlage, les Hesse, vous trouvez pâs ? »

647- parlavide (le)

  personne très bavarde

  « C' est un parlavide le juif qui passe tous les s'ménes, toujours à promette et à promette ! »

648- parlature (la)

  le langage, la manière de s'exprimer

  « C' est qu' il a une sâprée parlatûre, le nouveau secrétaire de mairerie ! On voit qu' il a des études, namm ! »

649- parler (se)

  se faire la cour, se courtiser, se fréquenter

  « Te sais qu' i' se parlent, le Jean-Marie et la grante Ninie ? »

  synonyme : freiller avec, marcher avec

650- parmi ça

  expression intraduisible ayant à peu près le sens de « autour de » ou encore de « au hasard »

  « T' auras bientôt fini de tréner parmi ça ? »

651- passer

  - passer le balai : balayer

  - passer le torchon : passer la serpillière

652- passque

  parce que

  « C' est passque t' es beau comme un camion que je t'aime ! »

653- patinettes (les)

  les pièces de tissu sur lesquelles on avance en glissant sur un parquet ciré

  « Te vas filer prente les patinettes pour marcher dans la champe de d'vant ! Te veux me rayer mon plancher, c' est ça ? »

654- pattler

  mendier, quémander ; de l'allemand « betteln ».

  « T' as encore été pattler des bonbons, dis ouâr ? T' as pâs honte, non ? »

655- pédji

  perdu

  « Mon biscaïen que j' ai gâgné hier ? Pédji qu' il est ! »

656- pèler

  éplucher

  « Viens dong ouâr près de moua et aide-moua à pèler les patates pour midi, comme ça te sauras quoi fére, namm ! »

  synonyme : plucher

657- pélérine (la)

  la cape en toile cirée

  « Prends ta pélérine au cas qu' i' pleut l'après-midi ! »

658- pèlures (les)

  les épluchures

  « Va dong ouâr donner les pèlures à la mére lapin, mo feu, la celle qu' a des jeunes. »

  synonyme : les pluches

659- pelle (la)

  la poêle

  « Donne-moua dong la nouâre pelle, la celle qu'est sur le fourneau, que j' la r'lave ! »

660- pellotte (la)

  la petite poêle

  « Te prendras la pellotte pour ton om'lette, et pâs la grante pelle comme t' as fait hier. »

661- pèlse (la)

  la fourrure ; vient de l'allemand « Peltz »

  « Demain c' est la Toussaint, j' m'en va sortir mon manteau d' pèlse »

662- pelskapp (la)

  le chapeau en fourrure, style chapka des Russes

  « Mais t' es tout beau avec ta tout neufe pélskapp ! T' l' as ach'té chez le Krekels ? »

663- pendant d'oreille (le)

  la boucle d'oreille

  synonymes : la guinguerlotte, la guingeurnotte

664- pénette (la)

  les pans de chemise d'homme

  « Rente dong ta pénette dans ta quelotte ! T' as l'air d' un karamagna comme ça ! »

665- pépie (avoir la)

  avoir très soif

  « T' as pâs la pépie d' avoir tant parlé ? »

666- pére (une)

  une paire, ce qui signifie plusieurs, et pas forcément deux !

  « Elle en a fait une pére, de jeunes, la mére lapin, au moins huit ou neuf. »

667- Perpette

  nulle part

  « J' vais à Perpette, où qu' les poules pètent, où qu' les canards roulent à bicyclette ! » : réponse donnée à quelqu'un de curieux qui demande « Où vas-tu ? »

668- pessotte (la)
ou    passette (la)

  la passoire

  « Donne-moua dong ouâr la pessotte pour les nouilles ! »

669- pètch-nass

  très mouillé

  « T' as vu c' qui arrive quand on gaïsse dans les flaques d'eau ? Te v'là main-nant pètch-nass ! »

  synonyme : trempé-mouillé

670- petiot, petiote

  tout petit, en parlant d'un enfant

  « Et pourquoi dong que t' la hèkses comme ça la petiote-là ? te peux pâs la laisser un peu tranquille, non, grand bourricot ? »

  synonymes : le piot , la piotte

 671- pétrolette (la)

  la mobylette, la petite moto

  « I' nous câsse les oreilles avec sa pétrolette, le Harsville-là qui fréquente note bâcelle ! »

 672- pettes (les)

  ensemble de morceaux de vêtements usés, de chiffons, de restes de tissus, conservés pour nombre d'usages tels que rapiécer, devenir torchons de vaisselle, devenir linge de pieds, etc… ou même des pansements

  - mettre aux pettes : ajouter la pièce de linge usé à l'ensemble des autres morceaux

  « Te mettras la finette-là aux pettes, l' est tout fichue ! »

  - ça vaut pâs une pette : ça ne vaut pâs grand-chose, voire rien

  « Quesse te penses dong d'aouâr ach'té une rôpe pareille, ê vaut pâs une pette »

  - pette de c... : morceau de tissu blanc, ancêtre de la serviette hygiénique, qui était lavée et réutilisée chaque mois

  - le marchand d' pettes : le chiffonnier

  Jadis, le marchand d'pettes qui passait dans les villages donnait de la vaisselle en échange des « pettes » ou des peaux de lapins séchées.

 673- peu (un tout)

  un petit peu

  « Te m' en donn'ras un tout peu, d' la mirâbelle, jusse pour un canard, namm ! »

 674- peuh, peute

  moche, pas beau

  « Qué peute béte que la nouvelle bonnami du Batisse, vous trouvez pâs ? Ousqu' i' l' a dong cherchée, celle-là ? »

  « Mais c' est qu'il est tout peuh le prétendant de la Rosa ! »

 675- peussque
ou     pissque

  puisque

  « Lave-toi ouâr, Emile, peussque demain c'est dimanche ! »

 676- Phalsebourg
        (fére son)

  faire le malin, le crâneur

  « Ah ! i' fait bien son Phalsebourg, sui-là ! On s' demande bien pourquoi, alleye ! »

 677- pi

  plus

  « Pi roûche qui ti ! » : cri lancé au dindon pour l'exciter, afin qu'il fasse la roue

 678- Pîchat (le)

  Personnage imaginaire sensé vivre sur la lune après avoir été banni de la Terre. C'est son visage que l'on aperçoit lorsque la lune est pleine.

  Lorsqu'ils n'étaient pas sages, les enfants étaient menacés d'aller rejoindre le Pichât sur la lune.

  « Si t' es pâs gentil, te vas aller avec le Pichât là-haut ! »

 679- piére d'eau (la)

  l'évier

  « T' as qu'à mette les assiettes sur la piére d'eau, j' les r'lav'rai t' à l'heure quand j'aurai pris mon cafè. »

 680- pifer

  supporter, blairer, éprouver de l'aversion pour quelqu'un

  « J' peux pâs le pifer, sui-là ! »

 681- pincher

  parler d'une voix criarde, crier, faire entendre un son désagréable à l'oreille

  « Quesse qui pinche dong comme ça là d'hors ? »

 682- pinéguette (la)

  petite fille délicate, chétive, mais très remuante

  « N' en v'là une pinéguette, la plus jeune des Martin ! »

 683- piot (le)
         piotte (la)

  le petit, la petite

  « Mông ! le belle gueule qu' il a le piot-là ! C' est son pére tout craché ! »

  synonymes : le petiot, la petiote

 684- pi'oûri (éte)

  - être mal coiffé, avoir les cheveux emmêlés ou en épis

  « Eh beng ! t' es tout pi'oûri c' matin ! Te t' as bagarré avec ton chevet durant la nuit ? »

  - couver quelque chose, ne pas se sentir en forme

  « J' ê pourtant tout pi'oûri à s' t' heure, pourvu que j' ai pâs chopé la crèfe ! »

 685- pisse-au-lit (le)

  le pissenlit

  « Une salâte de pisse-au-lit avec des chavons, ya rien d' meilleur au printemps ! »

  synonyme : le chie-en-lit

 686- pissing (le)

  la petite peau qui se détache autour de l'ongle

  « Arrête ouâr de rôter tes pissings avec tes dents, te vas saigner ! »

 687- pjeumon (le)
ou     plumon (le)

  l'édredon à plumes

  « Heureus'ment qu' on a un bon plumon sur note lit, passque les nuits sont froides. »

 688- plaids annaux (les)

Les droits seigneuriaux, tant ceux de justice que les fonciers, étaient rappelés tous les ans aux villageois dans une cérémonie solennelle qu'on appelait les « Plaids annaux ». C'est aussi à ce moment , vers la St Martin (11 novembre), qu'étaient prononcées les amendes dues par certains, pour les divers délits commis au cours de l'année écoulée.

 689- plâtrée (la)

  la platée, le contenu d'un plat

  « Pour dîner, j' m' ai envoyé une de ces plâtrées de patates, tant que ma femme m 'a traité de goulafe ! »

690- pleu (ya)

  il a plu

  « Ya pleu durant tout la sainte journée ! »

691- plomesac (le)
ou    ploumesac (le)

  personne bien portante mais trop lourde, trop grosse

  « Qué gros ploumesac que c' est le bonhomme-là ! »

692- ploton (le)

  le peloton de laine ou de fil

  « J' m' en vas détricoter le gilet-là qu' est trop p'tit pour toi. Te veux m' aider, mo feu, et fére le ploton ? »

693- plotonner (se)

  se recroqueviller, se rouler en boule

  « Quesse te couves encore ? T' es plotonné là dans le canapé comme si te me préparais une grippe ! »

694- plucher

  éplucher

  « Mets-toi ouâr à plucher ces carottes ! »

  synonyme : pèler

695- pluches (les)

  les épluchures

  « T' en fais des grosses pluches ! I' reste presque pu rien de mes patates ! »

  synonyme : les pèlures

696- plusse

  plus (le « s » final est très appuyé)

  « C' est encore plusse pire qu'avant la guerre ! »

697- poche (la)

  la louche

  « Donnez moua ouâr la poche que je serfe la soupe, d' la bonne soupe de fayots ! »

698- poère (la)

  la poire

  « Nos poères ont rien donné l' année-ci, on n' aura rien dans les bocaux pour l' hiver ! »

699- poile (le)

  le poêle, et, par extension, la maison en entier, où brûle le feu de l'âtre

  « C' est un tout p'tit villâche, Neufmoulins, jusse une pére de poiles qu' on peut compter avec les doigts des deux mains! »

700- point d'heure

  jusqu'à point d'heure : tard

  « Alors, te travailles jusqu' à point d'heure main-nant ? Ou bien t' aurais pâs plutôt un nouveau galant ? »

701- poivrou

  peureux

  « Qué poivrou que l' enfant-là, toujours à brailler quand i' voit une araignée ! »

702- pognée (la)

   la poignée de mains

  « I' m'a donné une bonne pognée d' noix, le nonon Jacques ! »

703- polichinelle

  avoir un polichinelle dans le tiroir : être enceinte

  « Pensez ouâr, paraît que la Ninie aurait d' nouveau un polichinelle dans le tiroir ! Et son plus jeune qui marche pâs encore ! »

  synonymes : éte prise, attente du nouveau

704- polotte (la)

  l'épaule de cochon (la palette)

  « Te nous f'ras ouâr une choucroute pour dimanche, avec une bonne polotte et d' la korvourchte ! »

705- pomme d'amour (la)

  la tomate

  « Et dire qu' on connaissait pâs la pomme d'amour avant la guerre ! »

706- porot (le)

  le poireau

  « J' m' en vas mette trois reilles de porots dans l' jardin, comme ça j' en aurai pour tout l'hiver. »

Le parler de Hesse / N - P,Invitation(s),La commune,Associations,Entreprises / Commerces,Liens,Ecoles et Périscolaire,Tourisme,L'histoire du village,Mot du maire,Le conseil municipal,Commissions,Comptes-rendus des conseils,Demandes administratives,Etat civil,Déchetteries,Situation géographique,Permis de construire ,Permis de démolir ,Certificat d'urbanisme ,Déclaration de travaux ,Hesse-Infos / Le bulletin municipal,N°37 / JANVIER 2010,N°38 / AOUT 2010,Salle polyvalente,Les armoiries,La frontière linguistique,Rencontres avec des lieux ou des personnages,Cadastre ,Recensement ,Passeport ,Carte D'identité ,Listes Electorales ,Sortie du territoire (Pdf) ,Documents à télécharger,Lettres de nos aïeux,Promenade dans Hesse,Photos du temps passé,Adresses utiles,Les lieux-dits du ban hessois,Les pistes cyclables,Architecture de l'église abbatiale,Vie du village,Plan et rues du village,Et autre...,Ce que nous disent les lieux-dits,Les Hessois sont des J'nos,Amicale des Sapeurs Pompiers,Arboricu