Mairie de HESSE. 3 La Cour, 57400 HESSE - 03.87.23.82.33


petites  histoires  et  grande  histoire

 

 

1- Les  premiers  habitants  du  territoire  qui  porte  aujourd'hui  le  nom  de  « Hesse »

 



Localisation des vestiges préhistoriques au pays de Sarrebourg dans « Histoire de Sarrebourg » / ouvrage collectif



          « Nos connaissances de la protohistoire reposent uniquement sur les découvertes de nécropoles et l'étude de leurs sépultures. Toutefois, si nous savons où se trouvaient la demeure des morts, nous ignorons l'emplacement de celles des vivants. Nous n'en avons en effet nulle trace et même les camps fortifiés, ne nous en révèlent pas. Nous savons pourtant qu'à cette époque il y eut une occupation poussée dans une région comme la nôtre, étant donné qu'elle était voisine de la région saline de Château-Salins. » [dans « Histoire de Sarrebourg » / Jeanne-Marie Demarolle et Marcel Lutz]

          Bien qu'étant dans l'ignorance des sites alors habités, il est cependant acquis que le pays de Sarrebourg, dont Hesse fait partie, fut peuplé dès les temps protohistoriques, ainsi qu'en atteste la découverte de nécropoles datant de l'âge du bronze ou des époques de Halstatt et de la Tène, dans la campagne sarrebourgeoise, à Berthelming, Romelfing, Dolving ou Sarraltroff par exemple. Des pointes de lance ainsi que des bracelets, datés de 800 avant J-C, ont été mis à jour à Sarrebourg. D'autres découvertes de ce type ont été faites à Lorquin et à Barchain. Près d'Imling, entre la route de La Forge et la rivière Sarre, plusieurs hachettes de type danubien ont été trouvées.
          On demeure songeur lorsqu'on imagine que, environ quatre mille ans avant J-C, ces bouts de pierre affûtée permirent à des hommes d'abattre un lapin, une biche ou un sanglier afin de se nourrir ! Il n'est pas impossible que quelques-uns de ces agro-pasteurs aient vécu sur les collines qui séparent les actuels bans d'Imling et de Hesse, bâtissant leurs demeures en bois et en torchis dans les prairies qui s'étalent de nos jours entre la gravière et le dépôt d'ordures, sur la rive droite de la Sarre, un peu en hauteur pour être à l'abri de la montée des eaux lors des crues printanières.
          Au cours de l'époque néolithique, quelques groupes humains, venant d'Europe de l'Est et se déplaçant en tribus vers les terres de l'Ouest, se sont sédentarisés dans notre région, se substituant peu à peu aux populations de chasseurs-cueilleurs du mésolithique, qu'ils côtoyèrent toutefois pendant un certain temps. Les spécialistes de la préhistoire parlent, à propos de ces nouveaux venus, de « culture danubienne » et de « civilisation à céramique rubanée ». L'individualité de cette civilisation s'était formée dans une région du Danube moyen et s'était diffusée vers l'Ouest en suivant les routes naturelles, arrivant en Alsace et en Lorraine en empruntant les rives des principaux cours d'eau, dont le Rhin, la Moselle et la Sarre. Les « Danubiens » étaient essentiellement agriculteurs, semant, cultivant et moissonnant quelques céréales, blé et orge, dans de petits champs dont ils remuaient la terre légère et fertile, élevant des moutons, des porcs et des bœufs, façonnant des poteries et construisant des habitations groupées en petits bourgs. Les fouilles de lieux supposés habités par ces hommes ont permis de distinguer les substructions de grands bâtiments quadrangulaires en bois et des fosses aux formes irrégulièrement arrondies. Ces premiers travailleurs de la terre disposaient d'un outillage de pierre taillée, composé d'objets avec lames de silex, tels que grattoirs, lames de faucilles, perçoirs, pointes de flèche, mais aussi d'objets polis en roches autres que le silex, telles les haches et les herminettes.
          De nombreux siècles passèrent, au cours desquels cette civilisation des premiers agriculteurs fut assimilée et remplacée par d'autres nouveaux venus, parmi lesquels les Celtes. Ces derniers, originaires d'Europe centrale, formaient un ensemble assez disparate de peuplades semi-nomades qui apportèrent aux populations locales leurs savoirs et leurs technologies, telle la métallurgie, ainsi que leurs coutumes et leurs dieux, leur religion druidique et leur langue. Les tribus celtes, autonomes et souvent rivales, se répartirent progressivement sur de grands territoires en Europe occidentale, où, sur une longue période, leur puissance se constitua grâce à leur aristocratie guerrière qui exaltait l'esprit de conquête et les prouesses militaires. Les guerres entre les diverses peuplades étaient nombreuses : c'étaient tantôt des razzias à plus ou moins longue distance pour récolter un butin ou pour nouer des relations forcées par la prise d'otages ; ce pouvait aussi être des affrontements territoriaux afin de s'approprier des terres jugées fertiles.
          Les Celtes s'installèrent sur les terres du pays que l'on nomma plus tard France en plusieurs vagues successives. C'est ainsi que les invasions des peuples belges vinrent bouleverser l'équilibre instable du premier peuplement celtique de la Gaule : comme des dominos qui s'écroulent, certaines tribus furent alors poussées vers le Sud et l'Ouest par les nouveaux arrivants, Celtes eux-mêmes, fuyant les tribus germaniques du centre de l'Europe. Vers la fin du IVe siècle avant J-C, les Belges, nouveaux migrants, procédèrent de la même manière que leurs congénères le firent au cours des siècles précédents, venant s'établir au Nord de la Seine, dans les régions les plus favorables, finissant par occuper tout l'espace entre Seine et Rhin. Cette immigration s'étala sur plus d'un siècle et ne s'acheva qu'au début du IIe siècle avant J-C.
          Il n'est pas facile de connaître la vie de ces peuples celtes qui sont nos lointains ancêtres, mettant en valeur le sol sur lequel nous vivons aujourd'hui. De nombreux renseignements proviennent des découvertes archéologiques. Les Celtes n'ayant pas laissé de documents écrits, puisque leurs connaissances se transmettaient exclusivement de manière orale, nous devons donc nous contenter de ce qu'en ont écrit les peuples étrangers qui les côtoyèrent, notamment les Grecs et les Romains. Leur principal historiographe fut Jules César, lequel a relaté dans ses « Commentaires sur la Guerre des Gaules » les nombreuses opérations militaires qui se succédèrent au cours des huit années qui menèrent les Gaulois vers la perte de leur indépendance, de 58 à 51 avant J-C. Le proconsul décrivit avec une grande précision le pays qu'il avait décidé de conquérir, ainsi que les peuples qui y vivaient : « Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de tous ces peuples, parce qu'ils restent tout à fait étrangers à la politesse et à la civilisation de la province romaine, et que les marchands, allant rarement chez eux, ne leur portent point ce qui contribue à énerver le courage : d'ailleurs, voisins des Germains qui habitent au-delà du Rhin, ils sont continuellement en guerre avec eux. »
          Au moment où César entreprit la conquête des terres situées au-delà des Alpes, exception faite de la Province romaine déjà soumise, notre Provence actuelle, le territoire se divisait en trois parties, habitées respectivement par les Belges, les Gaulois et les Aquitains : de là les noms de « Belgica » et d' « Aquitania », attribués plus tard à des provinces de la Gaule romanisée. De là aussi le nom de « Gallia », Gaule, qui sera donné, dès lors, non plus au seul pays des Celtes, situé entre Seine et Garonne et que César disait être habité par les Gaulois, mais à toute la région comprise entre le Rhin et les Pyrénées.




 

Les cités de Gaule


 

La  cité  des  Médiomatrices



          Le territoire désigné sous le nom de Gallia était habité par un nombre considérable de peuplades, les unes indépendantes et se suffisant à elles-mêmes ; les autres plus faibles, ayant besoin de se rallier, par le lien de la clientèle, à une nation plus puissante. Cette association de clans formait ce que les Romains appelaient « civitas », une cité, l'expression de cité correspondant à l'idée d'une province plus ou moins étendue, non à celle d'une ville. La population des Gaules a été estimée à 10 ou 12 millions d'habitants, au grand maximum, répartis en plus de 400 tribus fédérées en une soixantaine de cités. Chaque cité était désignée du nom de la tribu dominante, nom qui a très souvent été donné au cours des siècles suivants à la principale ville du territoire, quand ce n'est pas à la région entière. Selon Jacques Lacroix, spécialiste de la langue gauloise, trois à quatre mille lieux sont aujourd'hui inventoriés en France comme ayant des noms d'origine celte. « Notre carte de France est en partie écrite en gaulois » affirme-t-il, dressant des listes de toponymes où l'on retrouve les correspondances entre les noms des tribus celtes et celles de notre actuelle géographie : les Helvètes sont ainsi les ancêtres des habitants de l'Helvétie, autre nom de la Suisse ; les Rèmes habitaient la région de Reims ; les Trévires donnèrent leur nom à Trèves et les Parises à Paris. Les cartes proposées par Lacroix sont encore plus surprenantes par leur correspondance avec les actuelles frontières des départements : ainsi la cité des Cénomans correspond-elle peu ou prou aux limites de la Sarthe, et celle des Turons à celles de l'Indre-et-Loire. Les limites de certaines régions et provinces de l'ancien régime se retrouvent elles aussi : le Limousin se superpose aux frontières de la cité des Lémoviques, tandis que l'Auvergne correspond à peu près à la cité des Arvernes.
          La cité gauloise, c'était un territoire contrôlé par un peuple, mais c'était aussi le lien politique qui unissait les divers clans colonisant ce territoire, ainsi que tous les hommes avec leurs habitations éparses dans la campagne, leurs bourgades et leurs places fortes. Les cités étaient souvent en guerre les unes contre les autres, mais parvenaient pourtant à s'unir sous la pression d'un danger imminent. Lorsque la cité faisait un appel aux armes, le chef de tribu se mettait à la tête de son contingent et le conduisait au combat, rejoignant souvent d'autres chefs pour former une ligue guerrière, éphémère et fragile.
          L'actuel département de la Moselle était inclus dans la cité des Médiomatrices, aussi nommés Médiomatriques, peuple désigné par César comme étant belge, dont la ville la plus importante était Divodurum, qui devint Metz. Cette cité avait pour voisins directs : au Nord, les Trévires (région de Trèves) ; à l'Ouest, les Rèmes (région de Reims) ; au Sud, les Leuques ( (depuis Toul jusqu'aux crêtes des Vosges).

          Afin de mieux connaître ces « Belges » qui furent nos ancêtres, voici quelques passages de l' « Histoire de la Gaule » écrite par Camille Jullian.
« Depuis le Rhin jusqu'aux approches de la Seine, les peuples gaulois prenaient le nom de Belges, et ce nom était même passé à leur pays, qu'on appelait parfois le Belgium. Les Belges ne formaient pas un état ; ils n'avaient point, du moins à l'époque où nous les connaissons, d'institutions permanentes, de chefs réguliers. Lorsque César s'approcha d'eux, en 57, ils se liguèrent contre lui, mais la ligue n'embrassa pas tous leurs peuples. Ils ne cédèrent jamais unanimement à une seule autorité. On se souvint longtemps qu'ils descendaient d'origines diverses. (…) Ce mot de Belges était sans doute quelque vocable de guerre qu'une ancienne société de tribus avait adopté et propagé autour d'elle, et qui servait de mot de ralliement dans les jours de conjurations militaires.
Il y avait cependant entre tous les Belges des ressemblances qui leur donnaient un air de parenté, et qui en faisaient bien une seule famille, distincte de la famille celtique. Venus en Gaule plus tard que cette dernière, en rapports continus avec les Germains, accrus périodiquement par des immigrations transrhénanes, ils gardèrent plus longtemps les mœurs sauvages, les habitudes brutales, l'esprit militaire des anciennes tribus gauloises. Ils étaient plus grands, plus robustes, plus belliqueux que leurs voisins du sud. Sur le champ de bataille, ils luttaient avec le dernier acharnement. C'est sur leurs terres que César livrera les plus rudes combats. (…) Les Belges seront les seuls à lutter sans relâche pour l'indépendance : ils se lèveront les premiers, en 57 (avant J-C), ils céderont les derniers, en 51, et encore quelques-uns d'entre eux réussiront-ils à demeurer libres, soit en vivant hors la loi dans la forêt des Ardennes ou les marécages de Flandre, soit en cherchant asile de l'autre côté du détroit. (…)
Mais dans cette immense contrée qui portait leur nom, il y avait quatre régions de valeur fort différente, auxquelles correspondaient quatre groupes de peuples d'aptitudes opposées.
L'une de ces régions est occupée par les Leuques, les Médiomatriques et les Trévires, trois peuples établis dans la vallée de la Moselle.
Au sud des Ardennes et de la Flandre, Belgique des forêts, des marécages et de la brume, s'épanouissait la Belgique des plateaux lorrains, riante, ensoleillée, accueillante, à travers laquelle la vallée de la Moselle traçait le sillon continu de ses eaux et de ses cultures. Une vie plus riche circulait sur cette route ; des sociétés politiques fortes et stables s'y étaient constituées, groupant en états compacts les populations des deux rives. Trois villes dirigent aujourd'hui l'œuvre matérielle et politique de la vallée de la Moselle : Nancy, Metz et Trèves. Elles ne sont que les héritières des trois états qui, jadis, s'étaient formés sur ses bords.
Le plus méridional était celui des Leuques, qui, partant des plus hauts sommets des grandes Vosges, descendait, le long des vallées convergentes du bassin de la haute Moselle, jusqu'au vaste carrefour que commandent Toul et Nancy. Ce fut la peuplade la moins bruyante de la Gaule, et peut-être une des plus villageoises : elle adorait dévotement les divinités de ses hauts lieux, comme le dieu de ce Donon qui dominait presque toutes ses terres, et elle récoltait paisiblement les belles moissons qui sortaient de leurs sillons.
Au delà des défilés de Pagny, éternelle limite entre des tribus, commençait le domaine des Médiomatriques. Plus vaste, il s'étendait cependant sur un terrain moins accidenté : à gauche de la Moselle, le plateau de Woëvre ; à droite, celui de la Lorraine propre ; entre les deux, le large bassin de Metz ; plus à droite, le col de Saverne ; plus loin encore vers le levant, la meilleure partie des plaines d'Alsace : c'était là un fort bel empire, plein d'excellents lieux de culture, riche en mines de sel, traversé par quelques routes stratégiques de la Gaule. Mais la puissance des Trévires le reléguait à l'arrière-plan.
On atteignait le
s Trévires lorsque, continuant à descendre la Moselle, on abordait l'étroit passage de Sierck, là où fut pendant si longtemps la frontière de la France. Au delà, la vallée du fleuve forme un bassin étendu, dont toutes les eaux, venues des plus lointaines profondeurs des Vosges ou des Ardennes, se rejoignent aux abords de Trèves. (…) Les eaux de la Moselle et de ses affluents inférieurs leur appartenaient toutes. Mais leur domaine s'allongeait aussi au levant, le long du Rhin; et, au couchant, les tribus germaniques des Ardennes se réclamaient de leur patronage. C'était l'état le plus considérable et le plus compact de la Belgique. »




Les   Médiomatrices  étaient-ils   vraiment   des  Belges ?



          C'est la question que se pose nombre d'historiens ... Au vu de leur comportement au cours de la Guerre des Gaules, il est permis d'en douter, et tout laisse supposer qu'il s'agissait plutôt de populations celtes refoulées vers le Sud par les tribus belges lors de leur arrivée entre Seine et Rhin. Le caractère des populations médiomatrices ne semble pas correspondre à celui des Belges, du moins tel que le décrit Jules César, lesquels Belges l'ont souvent défié et ont donné bien du fil à retordre aux légionnaires romains. Les Médiomatrices ne sont pas évoqués dans les récits du proconsul, si ce n'est pour dire qu'ils ont fourni, en 52 avant J-C, un contingent de 5.000 guerriers pour l'armée gauloise partie au secours de Vercingétorix, replié dans Alésia. Tout au long des huit années que dura la guerre des Gaules, les Médiomatrices semblent s'être tenus éloignés des faits d'armes, observant une neutralité ou une passivité qui, finalement, leur a peut-être épargné ruines et destructions.


 

Pagus, vicus, villa


          Ces trois termes latins se sont appliqués à des subdivisions territoriales romaines. Il est cependant plus que probable que ces zones de territoire n'avaient pas été créées par les Romains, mais qu'elles existaient du temps de l'indépendance des Gaules. Le mot latin les désignant aurait simplement supplanté le mot gaulois en vigueur, une fois que l'administration gallo-romaine fut mise en place.

Pagus, pagi
La cité, territoire contrôlé par un peuple gaulois, était divisée en plusieurs « pagi », pluriel de « pagus », circonscription territoriale et juridique sensiblement équivalent à un de nos actuels cantons. Le mot « pagus » est dérivé du verbe latin « pangere », que l'on peut traduire par l'expression « ficher une borne en terre ». Pagus peut ainsi être traduit par « petit pays délimité ». Ce terme sera toujours en vigueur à l'époque médiévale, où il désignera une petite région intégrée à un comté. Le mot « pagus » est à l'origine du nom commun « pays », dans le sens de terroir.

Vicus, vici
Ce terme désigne une agglomération de taille moyenne dans l'Antiquité et le haut Moyen Age. Un « vicus » pourrait de nos jours être qualifié de bourg ou de petite ville de province. Un « vicus » avait souvent pour origine un village gaulois d'avant la conquête.

Villa, villae
Une villa est une exploitation agricole, avec maison d'habitation et bâtiments de ferme. C'était parfois aussi une riche maison de plaisance construite à la campagne, au milieu d'un domaine parfois très étendu. Les établissements gallo-romains désignés sous le nom de villae pouvaient avoir été initialement des fermes gauloises. Le passage de la ferme dite indigène à la villa se serait fait progressivement, l'espace agraire se structurant d'une manière plus rigoureuse sous la houlette romaine. Cependant, si les villae ont souvent été construites sur le site de fermes gauloises, de nombreux établissements ruraux n'ont pas donné lieu à l'implantation d'une villa à l'époque gallo-romaine.


 

Organisation  de   l'espace  rural


          La cité gauloise était partagée en plusieurs territoires de taille moyenne, que les Romains nommeront « pagi », sur lesquels étaient installées les familles constituant une tribu. Le pays de Sarrebourg était probablement un des pagi de la cité des Médiomatrices, bien qu'aucun texte d'époque, ni aucune inscription, semble-t-il, ne le confirme. Toutefois, à l'époque mérovingienne puis à l'époque carolingienne, certains manuscrits font état d'un « pagus saroinse », « pagus saravensis superior » ou encore « sarachowa », termes pouvant se traduire par « pays de Sarre » et désignant alors probablement la région de Sarrebourg. Il n'est pas impossible que cette subdivision territoriale ait déjà existé au temps de la Gaule indépendante.
          La campagne était parsemée de petits villages, que les Romains nommeront « vici », où se regroupait une grande partie de la population. Les maisons, de bois, de terre et d'argile, de plan tantôt rectangulaire, tantôt circulaire, étaient montées sur un soubassement de pierres sèches ou enfoncées à demi dans le sol. Dans ce cas, l'excavation a parfois subsisté, formant ces mardelles, sorte de grands trous ronds, que l'on rencontre encore aujourd'hui dans certaines forêts. Ici ou là s'élevait une place forte, un « oppidum », refuge en temps de guerre, marché et petit centre d'artisanat le reste du temps. Certains historiens avancent que Haselbourg aurait été un de ces places fortes.
          L'actuelle ville d
e Sarrebourg était un vicus, « petite agglomération gauloise dont l'intérêt était essentiellement représenté par un gué de la rivière, que les premiers légionnaires qui parvinrent dans la région franchirent les pieds dans l'eau. Pas longtemps sans doute, car, peu de temps après, ils construisirent, suivant la technique légionnaire, un pont de bois »*, lequel donna à la bourgade le nom de « Pons Saravi », le pont qui enjambe la Sarre.

* « Histoire de Sarrebourg »


          Autour des villages étaient dispersés de nombreux établissements agricoles isolés, nommés par les Romains « ædificium » ou « mansus », qui deviendront quelques siècles plus tard les « manse », « meix » et « hoube » des chartes féodales. L'importance de ces constructions isolées et celle des métairies qui en dépendaient variaient selon la qualité de leurs propriétaires et le rang social que ceux-ci occupaient dans le clan ou dans la cité. Quelques-unes étaient la résidence de personnages puissants et riches, ayant autour d'eux un grand nombre de serviteurs ; les autres, en bien plus grand nombre, étaient habitées par des métayers ou des esclaves qui mettaient en valeur les arpents avoisinants, pour le compte d'un propriétaire foncier. Certaines des nombreuses habitations rurales disséminées dans la campagne gauloise, entourées de leurs dépendances et de leurs terres cultivables, se « moderniseront » et prendront le nom de « villae » sous l'administration romaine, lorsque les trois Gaules seront tombées sous le joug de Rome. D'autres de ces établissements ruraux continueront probablement d'exister sans se romaniser, pour preuve ces vestiges de constructions en bois et en terre mises à jour lors d'actuels travaux de terrassement.



 

Hypothèse de reconstitution de la ferme indigène de Bray-lès-Mareuil (Somme)
Aquarelle de Jean-Claude Blanchet


          On peut supposer que tout manse gaulois était désigné par un nom, et que cette appellation anté-romaine a perduré malgré la romanisation de la société. Certains de ces lieux portent aujourd'hui encore un toponyme désignant une création celte : ce sont les noms se terminant par « ac », suffixe d'origine celtique, « ako » ou « akos », latinisé en « acum ». Ce suffixe indique un lieu d'habitation, et est la plupart du temps associé à un autre mot désignant une personne ou exprimant une indication de type topographique : montagne, rivière, source, végétation, terre inculte ou marécageuse, etc … Cependant, le suffixe « acum » a produit des noms tardivement, jusqu'au début du Moyen Age : il ne faudrait donc pas affirmer hâtivement que tout toponyme se terminant par « ac » soit d'origine celte ! La toponymie, science qui traite des noms de lieux, n'est pas une science exacte : son but n'est pas tant de donner la signification exacte d'un nom de lieu que de rassembler les hypothèses qui prétendent l'expliquer. La majorité des experts estime toutefois que le suffixe « acum » est un élément formateur de toponymes absolument typique des zones géographiques ayant connu un ancien peuplement celte. En France, le substrat celtique, voire pré-celtique, est très riche et se reconnaît dans de nombreux noms de lieux : montagnes, cours d'eau, villes, villages et lieux-dits.


 


Les   lieux-dits   du  ban   de   Hesse  se   terminant  par « ac »  ou  « ach »


          Le toponyme « Hesse » est fort probablement d'origine germanique. Ceci ne signifie toutefois pas que l'endroit ainsi dénommé n'ait pas été habité à l'époque celte. Certains lieux-dits du ban nous indiquent, bien au contraire, que le terroir hessois garde la trace d'une occupation humaine à l'époque gauloise : ce sont les noms ayant le suffixe « ac », tels que « Marjeac » et « Chermenac », mais aussi « Vespach », que les Hessois prononcent « Vechpack ».
          Si l'on appelle l'archéologie au secours de la toponymie, l'une et l'autre se prêtant un mutuel appui, il est possible d'étayer nos certitudes. Dans la région de Sarrebourg, les pioches des archéologues ont mis à jour de nombreux vestiges et substructures qui permettent d'affirmer que l'occupation du sol était dense à l'époque gallo-romaine. Très certainement, un grand nombre des « villae » qui se multiplièrent dans la campagne sarrebourgeoise au cours des Ier et IIe siècles de l'ère chrétienne s'étaient-elles implantées sur des domaines terriens qui existaient déjà à l'époque de l'indépendance gauloise, car la Gaule n'était pas un pays laissé en friche ; au contraire, elle était non seulement riche du point de vue agricole, mais ses terres étaient aussi bien exploitées. Les Romains n'ont pas débarqué un beau matin dans un pays désert et dépeuplé !



 

Arrondissement de Sarrebourg - carte des découvertes archéologiques



          Dès la conquête achevée, l'administration romaine entreprit de mettre en valeur rationnellement l'économie de la nouvelle province, la Gaule, habillant « à la romaine » certaines structures pré-existantes créées par les populations celtes et créant d'autres établissements ruraux au cours des décennies suivantes. Certaines « villae » gallo-romaines n'étaient sans doute que de riches domaines ruraux gaulois, ces « ædificiae » que signalait Jules César, dont les propriétaires devinrent la nouvelle aristocratie gallo-romaine. Parfois même, ces domaines ruraux furent attribués à l'occupant romain ou à des colons mis en place par l'administration romaine, afin de mettre en valeur des terres sous-exploitées par les autochtones. Nombreux furent alors les toponymes qui furent latinisés, bien que n'ayant pas été créés par le nouvel arrivant. Le processus a d'ailleurs dû se répéter quelques siècles plus tard, lors de l'installation des Francs dans le pays de Sarrebourg : certains noms de lieux se sont vus germanisés, bien que s'élevant sur les ruines d'une villa romaine, qui elle-même s'était parfois établie sur un manse gaulois.
          Sur le ban de Hesse, deux sites ont été répertoriés par l'archéologue sarrebourgeois Marcel Lutz, sur lesquels des vestiges de villa gallo-romaine ont été effectivement retrouvés : les lieux-dits « Masure de Thiénon » et « Marjeac ». Outre ces deux emplacements, il n'est pas impossible que d'autres villae se soient élevées sur les lieux-dits « Vespach », « Hazeloch » et « la Chermenac ». Ces toponymes pourraient remonter à l'époque de l'indépendance gauloise, car ils sont construits avec le suffixe celte « ako ». A moins qu'ils ne désignent un établissement rural créé à l'époque gallo-romaine, au nom composé se terminant par le suffixe latinisé en « acum » ! Puisqu'il n'y a pas eu de fouilles sur le terrain, il n'y a donc pas de datation possible permettant de situer l'époque exacte de la création de ces établissements ruraux.

 


Les premiers habitants du terroir,Invitation(s),La commune,Associations,Entreprises / Commerces,Liens,Ecoles et Périscolaire,Tourisme,L'histoire du village,Mot du maire,Le conseil municipal,Commissions,Comptes-rendus des conseils,Demandes administratives,Etat civil,Déchetteries,Situation géographique,Permis de construire ,Permis de démolir ,Certificat d'urbanisme ,Déclaration de travaux ,Hesse-Infos / Le bulletin municipal,N°37 / JANVIER 2010,N°38 / AOUT 2010,Salle polyvalente,Les armoiries,La frontière linguistique,Rencontres avec des lieux ou des personnages,Cadastre ,Recensement ,Passeport ,Carte D'identité ,Listes Electorales ,Sortie du territoire (Pdf) ,Documents à télécharger,Lettres de nos aïeux,Promenade dans Hesse,Photos du temps passé,Adresses utiles,Les lieux-dits du ban hessois,Les pistes cyclables,Architecture de l'église abbatiale,Vie du village,Plan et rues du village,Et autre...,Ce que nous disent les lieux-dits,Les Hessois sont des J'nos,Amicale des Sapeurs Pompiers,A